Open post
Rencontre GJ Confédération Paysanne

Rencontre Confédération Paysanne Var

La Confédération Paysanne du Var a invité les Gilets Jaunes PACA à assister à leur assemblée générale du 28 mars 2024. Nous y sommes allés en délégation (7 personnes). L’accueil y a été cordial.

En début de matinée:

Le Collectif Eau Secours, auquel nous participons, de même que la Confédération Paysanne, a pu présenter ses actions. Il s’agit d’un espace commun à 22 organisations (syndicats, associations, collectifs) de la Région, pour la préservation de l’eau, la ressource la plus essentielle qui soit.

En fin de matinée:

Nous avons eu un temps de parole d’une vingtaine de minutes. Cela nous a permis de rappeler nos valeurs de solidarité, de justice sociale avec des revenus décents pour les travailleurs et les personnes privées d’emploi. Nous avons pu insister sur le fait que seules des luttes unitaires pouvaient nous mener à la victoire.

Pour la pause repas, nos hôtes nous ont permis de partager leur buffet de délicieux produits locaux. Cela a également été un moment d’échanges et de prise de contacts.

L’après-midi:

Après ce repas, nous avons participé au “débat mouvant’’ dans lequel on peut se déplacer vers le camp du “oui’’ ou du “non’’ mais aussi sur toute la graduation entre ces deux extrêmes, en fonction de la réponse que l’on souhaite donner à la question posée. Quelques personnes représentant toutes ces nuances sont alors invitées par l’animateur à développer les raisons de leur positionnement. Cet exercice est plutôt intéressant et l’idée est à garder.

Celle qui a provoqué un débat était “faut-il avoir recours à la violence lors de nos actions” ?

Voici deux exemples opposés dans nos propres rangs mais qui sont un peu le reflet de ce qui a été dit :

1) Il est à remarquer que lors de “sitting ou seat-in’’ ou d’actions de résistance pacifique, les forces de l’ordre n’hésitent pas à charger, gazer, voire matraquer. Ceci ne faisant que faire monter la tension et finalement faire réfléchir ceux qui s’avouaient être non-violents !

Alors finalement, la question que je poserai pour aller plus loin dans ce débat est “si on vous frappe la joue gauche, est-ce que vous allez tendre la joue droite’’ ?

2) La violence ne nous est pas favorable ! Nous n’avons ni les lois ni les armes, ni la presse ! Derrière ça, ils ont la possibilité de mettre la loi martiale et c’est terminé pour nous ! On donnerait le bâton pour se faire frapper !!! De la détermination et des actions communes sur tout le territoire me semble plus judicieux. Pour cela il faut être le nombre ! D’autant plus qu’au fil des lois qu’ils pondent, ils réveillent même au sein de ceux qu’ils utilisent comme boucliers. Ça se vérifie de plus en plus. Je pense que l’on n’est pas loin de la bascule. Les alliances que l’on construit ne pouvaient pas se faire auparavant. On est sur la bonne voie !

Une des revendications portées par le syndicat est la création d’une Sécurité Sociale de l’alimentation liant souci d’une alimentation saine, locale, éthique, et la revendication légitime d’une vie décente pour toutes et tous. Ce projet mérite réflexion et pourrait devenir commun et fédérateur ! (?)

En conclusion, cette rencontre (Gilets Jaunes PACA et Confédération Paysanne) a été riche et le contact plutôt fraternel mais il ne faudra pas en rester là. C’était l’avis de bon nombre de participants.

A suivre !

         

Open post
Renationalisons la gestion des autoroutes.

Reprenons la main sur nos autoroutes

Logo de La Marianne de Bandol

Exigeons la renationalisation de la gestion des autoroutes.

Les rapports se multiplient (Cour des comptes, Parlement, Autorité de la concurrence, …) sur les profits exorbitants des sociétés d’autoroutes. Un rapport de l’IGF (Inspection Générale des Finances) de 2021, caché par le gouvernement est révélé en 2023 par le Canard Enchaîné. Sa lecture est très intéressante.

Rapport IGF (Lire surtout les 3 premières pages)           

https://www.igf.finances.gouv.fr/files/live/sites/igf/files/contributed/IGF%20internet/2.RapportsPublics/2023/21032023_Rapport_SCA_annexes.pdf

Les gouvernements successifs ont toujours joué le jeu de ces sociétés (Vinci, Eiffage, Abertis) depuis la concession de gestion qui leur a été vendue à un prix dérisoire. Le problème n’est d’ailleurs pas dans le prix, mais sur le principe même de cette perte de recette pour l’état. Les citoyens ont payé ces autoroutes (et payent encore) pendant que les sociétés privées empochent les droits de péage.

Un document audio de France Inter est très éclairant.     

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/affaires-sensibles/affaires-sensibles-du-mardi-30-mai-2023-6574428

Nous y retrouvons pêle-mêle : E. Borne, B. Le Maire, A. Kohler, E. Macron et bien d’autres.

Et ce n’est pas fini, la Caisse des Dépôts et Consignations (institution financière publique) envisage de vendre la totalité de ses parts dans le viaduc de Millau alors que celui-ci présente un bénéfice net de 48 millions d’€. Déjà sous concession Eiffage, Il deviendrait entièrement privé. Ne laissons pas faire !

Et pourtant, une nouvelle augmentation de prix des péages de 4,75% est prévue pour février 2024.

 

STOPPONS CE RACKET !

LES GILETS JAUNES RECLAMENT LA RESTITUTION DES BIENS COMMUNS PRIVATISES AU PEUPLE.

PLUS UNE SEULE PRIVATISATION SANS UNE CONSULTATION DE LA POPULATION PAR LE RIC.

ON EST LA ET ON NE LÂCHERA RIEN ! REJOIGNEZ-NOUS !

ROND-POINT ALPHONSE JUIN BANDOL LE MERCREDI APRES-MIDI

Site internet : giletsjaunespaca.fr

Open post
5 ans des Gilets Jaunes - Rond-point de Bandol

5 ans Gilets Jaunes de Bandol

Logo de La Marianne de Bandol

Le 17 novembre 2023

Ce jour marquait les 5 ans d’existence des Gilets Jaunes. Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées sur leur rond-point historique (en bas de la sortie d’autoroute de Bandol) pour commémorer cette journée du 17 novembre 2018. Nous ne referons pas toute l‘histoire, mais simplement, nous rappellerons qu’il y a 5 ans un des plus grands mouvements populaire, spontané a eu lieu puisque que plus d’un million de citoyens, de tous horizons politiques et sociaux, a voulu montrer qu’on ne l’écoutait pas, qu’on ne le voyait pas, en endossant un gilet jaune.

Nous étions moins nombreux, certes, mais tout aussi déterminés à nous faire entendre, à nous faire voir.

Le groupe avait programmé plusieurs actions et notamment l’installation de nombreuses banderoles rappelant notre demande de démocratie par le RIC CARL et non le RIP d’Etat, créé par nos « dirigeants », nécessitant de remplir de telles conditions qu’ils se trouvent à l’abri d’une mise en application. Mais aussi des banderoles demandant la destitution de Macron (en application de l’article 68), et par voie de conséquence de tous ses acolytes, qui ne gouvernent plus que grâce au Conseil de défense et par l’utilisation du 49.3.

Malheureusement, le vent violent ne nous a pas permis de le faire et nous a réduit seulement à un rôle de présence, d’échange et de préparation de la journée de rassemblement du 18 novembre.

Le 18 novembre

Dès 10H00 du matin, une équipe est sur place pour parer le rond-point de revendications et de décorations, organiser le lieu du rassemblement, et vers 12H00, accrocher les banderoles sur «3 ronds-points de la ville de Bandol et sur les deux ponts d’autoroute encadrant le péage éponyme.

Nous avons vu arriver près de 100 personnes pour participer au repas que nous avions préparé.

Avant de passer à table, plusieurs temps de parole ont été accordés aux participants qui le souhaitaient.

L’après-midi a donné lieu à des moments musicaux, à des surprises, avec, notamment la venue de David Van Hemelryck (Le pilote) qui nous a apporté sa légendaire banderole «#DESTITUTION», faute d’avoir pu survoler le rond-point pour des raisons techniques. Une grande chaîne humaine s’est formée tout autour du rond-point.

Les gens ont pu également échanger leurs idées, leurs espoirs, leurs contacts, tout cela en musique. Nous sommes également montés au péage pour rappeler à tous que c’était là, 5 ans auparavant, que tout avait commencé.

La soirée s’est déroulée autour d’un feu de palettes en partageant les restes, enrichis de quelques achats complémentaires. Cette commémoration des 5 ans des Gilets Jaunes s’est terminée en apothéose par un grand feu d’artifice sous les yeux de la Police Nationale qui nous a accompagnés une bonne partie de la journée en toute bienveillance.

  • 5 ans Gilets Jaunes Péage de La Ciotat
    (17/11/2023) Anniversaire au péage de La Ciotat
Open post

Journée de partage et d’échange 21 Juin Bandol

Journée de partage et d'échange le 21 juin à Bandol

Journée de partage et d'échange le 21 juin à Bandol
Rond-Point GJ Bandol

Le rond-point de Bandol vous accueillera pour une journée de partage et d'échange le 21 juin à partir de 10H30.

Voici le programme :

10H30 Accueil autour d'une boisson chaude (Thé, café, chocolat) et de viennoiseries.

Nous procéderons ensuite à la décoration du rond-point et la mise en place des stands d'information:
  • RIC
  • Problématiques de l'eau avec le collectif "Eau Voleurs"
  • Les Masques blancs
  • Syndicat GJ
  • Photos
  • Collecte Street Médics 

13H30 Repas partagé

15H00 Débat sur le thème "Avenir des gilets jaunes"

17H00 Musique - Danse

19H00 Repas avec ambiance musicale

Prévoir une participation au repas du soir de 5€.
  • Apéritif (Vin d’orange)
  • Taboulé et salade de pâtes
  • Brochette de poulet marinée
  • Dessert (financier au chocolat).
Tout est fait "Maison" et cuit sur place par nos "chefs cuisto GJ". Pour des questions d'organisation, merci de vous inscrire (en indiquant le nombre de personnes).

Plus tard dans la soirée « Action »

Modalités pratiques pour cette journée du 21 juin a Bandol:

Hébergement

Pour nos amis venant de loin, il sera possible d'être hébergé. Il faut également s'inscrire (en indiquant le nombre de couchages désiré et pour chaque couchage s'il est pour 1 ou 2 personnes).

Pour vous y rendre:

Par autoroute A50, prendre la sortie 12. Le rond-point est tout de suite à la sortie.

Par le train, que vous veniez de Marseille ou de Toulon vous devez descendre à la gare de Bandol. Nous ferons une navette entre la gare et le rond-point. Merci de vous inscrire également en indiquant le nombre de personne et l'heure d'arrivée.

Toutes  demandes de complément d'information et d'inscriptions doivent se faire impérativement via le formulaire de contact sur notre page.

Contactez-nous via le formulaire de contact

 

Open post
Voici les mannequins qui servent à l'exercice de massage cardiaque.

Secourisme au rond-point de Bandol

Journée de sensibilisation au secourisme

 

Ce dernier jour de mai 2023 est marqué du sceau du secourisme sur le rond-point de Bandol. Le rendez-vous est fixé à 10H00. Denis (formateur de profession) assure l’animation de cette journée, qu’il nous dispense gratuitement.

C’est vers 10H30 qu’une bonne dizaine de participants se regroupent pour une présentation théorique du secourisme.

Denis, notre formateur

Ensuite, nous passons à la pratique.

Pour commencer, quelques exercices (application de pansement compressif, garrot, bandage), ensuite le RCP (réanimation cardiopulmonaire) avec massage cardiaque accompagné ou pas de ventilation artificielle pour terminer sur une présentation de l’utilisation d’un défibrillateur.

Voici les mannequins qui servent à l'exercice de massage cardiaque.
Toute la famille “Mannequin”                          
Pratique d'un massage cardiaque.
Massage cardiaque

 

 

 

 

 

 

 

 

A midi, c’est la pause repas.

Petit moment de restauration et détente.

Ce moment nous permet de poser des questions, afin de préciser les points abordés dans la matinée mais surtout d’échanger en toute convivialité sur de nombreux sujets, sans oublier de se remémorer ces 4 ans de luttes.

L’après-midi est consacré à la mise en PLS (position latérale de sécurité).

Première étape avant la mise sur le                                    dos.
Mise en position de PLS (Position latérale de sécurité) - 1
Notre premier blessé.
Mise en position de PLS (Position latérale de sécurité) - 2
Position Superman avant le                                   retournement.

 

 

Mise en position de PLS (Position latérale de sécurité) - 4
Préparatifs au basculement en PLS.
Mise en position de PLS (Position latérale de sécurité) - 5
La personne est en PLS et peut                        attendre les secours.

 

 

 

 

 

 

De l’avis de tous, ce moment est le plus technique et compliqué de la journée, mais très important, car c‘est le geste que nous pourrions être amenés à utiliser le plus souvent.

Maintenant, nous allons pouvoir « digérer » ces données, peut-être les oublier partiellement, mais en tout cas sensibilisés au secourisme. Peut-être devrons nous prévoir une piqûre de rappel pour bien ancrer ces bons réflexes.

Quelques mannequins ont malheureusement perdu la vie cet après-midi, mais nous en avons tout de même sauvé plusieurs.

Ainsi se termine cette journée de secourisme au rond-point de Bandol.

Merci à tous les présents pour leur participation, à Sylvie qui a servi de cobaye et qui a été tour à tour scalpée, blessée à un bras pour, par la suite perdre ce membre, blessée à la cuisse…. Enfin tout s’est bien terminé et elle a pu rentrer chez elle en fin de journée.

Un très GRAND MERCI à Denis qui a su rendre cette journée instructive, intéressante et surtout très agréable grâce à son humour et sa gentillesse.

La journée se termine par notre réunion de groupe « hebdomadaire ».

Open post

Journée de partage (Cuers) et ouverture péage Fréjus (Capitou) 22 04 2023

Une journée de partage et d’action

Le rond-point de Cuers.

Cela a commencé tôt dans la journée. L’équipe des gilets jaunes de Cuers s’est retrouvée sur son rond-point pour préparer cette rencontre. En effet, des GJ de plusieurs points du Var y ont rendez-vous pour 10H30.

Devant, face aux arrivants, c’est une oasis jaune (très jaune) qui fait son apparition. Tout y est, banderoles, panneaux, drapeaux, gilets jaunes, …

Quant aux coups de klaxon lancés pour annoncer les arrivées, ce sont en retour sifflets, signes de main et autres « Ahou ! Ahou ! » qui servent d’accueil.

Sur le rond-point, c’est également prêt pour ce repas partagé. Rien ne manque, nos hôtes sont à la hauteur de l’évènement.

Rendez-vous du 22 04 2023 au rond-point de Cuers
Nos hôtes en plein préparatifs

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe grossit au fur et à mesure que le temps passe pour atteindre une cinquantaine de personnes.

Certaines personnes peaufinent des pancartes pour l’opération qui aura lieu l’après-midi. D’autres finissent la préparation des agapes. Enfin, le plus grand nombre profite de ces moments pour y mener des échanges sur le mouvement, solliciter les voitures à klaxonner, distribuer des tracts.

Une sono est là pour permettre, à toute personne le souhaitant, de prendre la parole. Les participants sont enthousiastes, heureux de ces moments passés autour du buffet et d’un verre avant de partir pour l’objectif du jour. Le temps passe vite et il est l’heure de préciser le lieu de regroupement, de faire un point sur les participants, de parler de l’organisation et du covoiturage. Une deuxième équipe (composée de personnes plus proches du péage) nous attendra sur un second point de rendez-vous et cela afin de ne pas trop attirer l’attention.

L’opération ouverture du péage de FREJUS (Capitou).

Le départ est fixé à 13H45 pour une mise en place à 14H30.

Environ 50mn plus tard les premières voitures arrivent à destination. Une dizaine de gendarmes et douaniers sont présents et disséminés en trois points. Ce n’est pas pour nous ! De toutes les façons, nous ne sommes pas venus jusqu’ici pour faire demi-tour.

Les dernières voitures arrivent rapidement et la décision d’y aller est prise. C’est avec beaucoup de détermination mais aussi avec beaucoup de bonne humeur que la troupe (bigarrée pour l’instant) part pour ces 10mn de marche. En cours de route nous voyons l’autre groupe nous rejoindre. A l’approche du péage, tout le monde passe le gilet jaune. Les premiers gendarmes nous accueillent plutôt gentiment et les échanges sont presque cordiaux.

Ça y est, nous y sommes. Les autres gendarmes sur place nous font quelques remarques « Il faut rester sur le côté », « Vous ne pouvez pas y aller », …

Tout le monde continue son avancée, les ouvreurs sont déjà à l’œuvre, les automobilistes sont conviés à prendre les voies de gauche, les cônes sont mis en place, les caméras obstruées par des autocollants tout comme les lecteurs de plaques (pas de dégradations, c’est le mot d’ordre). D’autres sont déjà en train d’installer de grandes pancartes ou entravent deux voies d’une grande banderole.

Plus au loin, sur le pont traversant l’autoroute après le péage, 5 ou 6 personnes installent également une banderole.

Nous allons offrir la gratuité du péage du Capitou (Fréjus) pour les véhicules en direction de Nice.

Les automobilistes sont contents (le péage est de 9,80€) et le font savoir par de grands coups d’avertisseurs sonores (Rappel : les « dispositifs sonores portatifs » appelés aussi casseroles étant réservés à E. Macron, à ses ministres et députés qui refusent d’entendre le peuple). Voici notre façon de redonner un peu de pouvoir d’achat en attendant que les autoroutes nous soient rendues. Nous avons vu quelques gilets jaunes agités par la fenêtre.

Les gendarmes sont intervenus pour nous demander d’évacuer les lieux. Ce retrait s’est fait avec beaucoup de lenteur (et même un peu de jeu du chat et de la souris). Tout le monde s’est arrêté, à mi-chemin, pour une dernière intervention orale de plusieurs minutes interrompant de fait notre départ.

Cette ouverture du péage de Fréjus (Capitou) a duré plus de 2H30 et s’est achevée sur le chant « Ce n’est qu’un au revoir mes frères ».

Cette joyeuse troupe a rejoint les points de stationnement, un peu fatiguée, assoiffée et rouge de notre soleil du Sud mais très heureuse de ce grand moment. Tous se sont jurés de se retrouver rapidement pour une autre action.

Rappelons que ces dernières semaines il y a déjà eu ouverture des péages de Bandol, de La Ciotat, de nouveau Bandol mais de nuit.

Ce même jour, le péage de Lançon a également été ouvert 2H.

ON LACHE RIEN !

  • Les gilets jaunes du Var se sont donné rendez-vous au rond-point de Cuers.
    Rassemblement Cuers

Open post
Drapeau du groupe gilets jaunes "La Marianne" de Bandol

  Les 4 ans des gilets jaunes à Bandol

 Le mercredi 17 novembre 2022 à 9H00 du matin, soit 4 ans après, jour pour jour et heure pour heure, quelques gilets jaunes occupent le rond-point de Bandol .

Pas question d’investir le péage. Non, nous n’allons pas revivre cette grande journée car malheureusement le nombre n’y est plus. Toutefois, ce jour doit être beau, doit être marquant, doit être digne, doit être combatif, doit être revendicatif.

D’autres personnes arrivent au fil du temps. Tous les présents consacrent la matinée à la décoration, à l’organisation et à la préparation du rond-point.

A midi, tout est prêt ! Un repas en commun est prévu pour tous ceux qui sont présents et qui ont (ou pas) participé aux préparatifs.

Non ce n’est pas une fête, ne nous y trompons pas. Il n’y a pas de grandes victoires à célébrer. C’est donc bien d’une journée de lutte et de visibilité dont il s’agit. Pour preuve, les banderoles, les pancartes, les oriflammes et les slogans. Mais cela n’empêche en rien la convivialité et la bonne humeur et ces deux points n’ont pas manqué.

L’après-midi est consacré à des échanges, des débats, des rencontres, des retrouvailles, des moments musicaux, des déclarations et le tout sous l’œil de notre média préféré « Vécu ».

Nous avons pu dénombrer, tout au long de la journée, de 120 à 130 personnes avec une moyenne de présence de 70 à 80.

 

Nombreux affichages sur le rond-point de Bandol pour les 4 ans des gilets jaunes
Le rond-point de Bandol pour les 4 ans des gilets jaunes.
Francis Lalanne et les gilets jaunes de Bandol.
Francis Lalanne passe des messages sur le média “Vécu”.
Francis Lalanne parmi les gilets jaunes de Bandol le 17 novembre 2022
Francis Lalanne était présent sur le rond-point Le 17 novembre 20

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons, à nouveau, en fin de soirée, partagé un barbecue et continué à débattre autour du feu de bois. Mais c’est la pluie, vers 23H00, qui nous a fait lever le camp. Pourtant, certains s’étaient promis de dormir sur le rond-point.

 

La nuit n'a pas eu raison des débats et des échanges. Autour du feu, ils se sont prolongés jusqu'à 23H00.
Les échanges et les débats se sont poursuivis autour du feu jusqu’à 23H00.
Open post
Rendez-vous sur le péage le 17 novembre 2018 (début du mouvement des gilets jaunes)

17 novembre 2018

Rendez-vous sur le péage le 17 novembre 2018 (début du mouvement des gilets jaunes)
Rassemblement du 17 novembre 2018 au péage de Bandol

En ce matin du 17 novembre 2018, ils viennent de Toulon, de Saint-Cyr-sur-Mer, de La Cadière-d ‘Azur, du Beausset, de Sanary-sur-Mer, de Six-Fours-les-Plages, de La Seyne-sur-Mer ou de bien d’autres villes et villages de l’Ouest Var.

Ils sont retraités, artisans, employés, ambulanciers, agriculteurs, auto-entrepreneurs, taxis, …

Certes, Ils sont venus pour s’opposer à la création d’une taxe carbone sur les carburants (prix moyen du E10 et du gas-oil 1,5€/l) mais dans les discussions, il est évident que le malaise est plus profond.

Ils ne savent pas à quoi s’attendre mais ils sont là, se parlent sans se connaître mais avec un élément commun leur « Gilet jaune». Ils se regroupent sur les lieux de rendez-vous fixés et puis se dirigent vers le péage de Bandol. Les plus proches de Bandol sont déjà sur place. Le flot grossit et le péage est en vue. Les personnes venant par l’autoroute procèdent au retrait des barrières dans les deux sens de circulation. Ceux regroupés au rond-point se dirigent vers le péage de la sortie d’autoroute “Bandol”, pour y faire la même chose.

Personne n’a imaginé une telle mobilisation. Ce sont plusieurs centaines de Gilets Jaunes qui sont maintenant soit en haut, soit en bas du péage. La population soutient le mouvement et tout s’organise pour tenir longtemps s’il le faut. Les automobilistes klaxonnent, fournissent de l’eau, à manger et donnent même une petite pièce pour acheter de quoi tenir. Nous pouvons également croiser quelques personnages qui deviendront plus tard les mascottes de notre péage.

Papy fait de la résistance!
Tous ensemble!
Jésus crie!

 

 

 

 

 

 

 

Toute la journée,  un roulement se met spontanément en place: les personnes arrivées en premier rentreront chez elles et seront rapidement remplacées par celles qui ont travaillé plus tôt ou celles qui ont décidé de rejoindre le mouvement. Tout naturellement une équipe de nuit se constitue et prend la place de l’équipe de jour.

La première occupation de nuit du péage va pouvoir être assurée dans la bonne humeur mais avec beaucoup de détermination.

Retour vers groupe Bandol

Scroll to top